Numéro 78

Les Camps et la littérature - Une littérature du XXe siècle

Publié en ligne le 12 décembre 2006

Etudes réunies et présentées par

Daniel Dobbels et Dominique MONCOND'HUY

Dès la libération des camps nazis furent publiés de nombreux textes de rescapés, au point de provoquer une certaine lassitude des lecteurs. Même s’il est assurément d’autres causes à ce phénomène, ces textes ne tardèrent pas à se trouver soit proprement occultés, soit relégués au statut confus de « témoignages », ce qui autorisait à en circonscrire l’effet dans l’éphémère de l’événement et à les exclure du champ littéraire. Un Primo Levi ne fut reconnu que tardivement. Et pourtant la question du témoignage, de sa légitimité, de sa possibilité même, n’a cessé de susciter de vifs débats. La littérature y a très tôt répondu à sa manière, avec des œuvres qui comptent parmi les plus fortes du xxe siècle. Peut-être même était-ce là la seule réponse légitime : un Georges Perec, dès 1963, exposait clairement que la question du témoignage ne pouvait être qu’une question littéraire – et qu’en même temps elle engageait toute la littérature. C’est pourquoi l’approche adoptée dans ce volume se veut d’abord, et en son abord, littéraire. Partant de la conviction que la littérature d’après 1945 ne pouvait être qu’une littérature d’après les camps, que l’expérience des camps a produit une littérature du xxe siècle, il s’agissait de relire Robert Antelme, David Rousset, Jean Cayrol, Primo Levi, Jean Améry, Jorge Semprun, Varlam Chalamov… dans cette perspective. Quelles pratiques d’écriture spécifiques ces œuvres engagent-elles ? Comment s’éclairent-elles d’être lues selon des modalités relevant de l’analyse littéraire actuelle ? Comment nous incitent-elles, enfin, à revenir sur la question même de la littérature, de la littérature contemporaine, qu’elle avoue ou non sa dette à l’égard de ces textes particuliers, tous portés par une sorte d’urgence, de tension, par un enjeu qui n’échappe pas au lecteur – et auquel on ne souhaite pas qu’il échappe. Cette deuxième édition (la première parut en 1999), revue et corrigée, est enrichie de quelques nouveaux textes.

  • Avant-propos.  Par Daniel Dobbels et Dominique MONCOND'HUY

    [ Article non disponible en ligne]

I

  • Pour que subsiste le nom (sur Primo Levi).  Par Henri SCEPI

    [ Article non disponible en ligne]

  • La littérature des camps : pour une approche sémiotique.  Par Georges MOLINIÉ

    [ Article non disponible en ligne]

  • Poétique de la Shoah : non lieux et lieux communs.  Par Michael RINN

    [ Article non disponible en ligne]

II

  • Mémorial du néant.  Par Alain GAUBERT

    [ Article non disponible en ligne]

  • La « vérité » du témoin comme schisme littéraire.  Par Catherine COQUIO

    [ Article non disponible en ligne]

  • Écume de mer et vent de printemps : Le Grand Voyage de la parole et de l’autofiction chez Jorge Semprun.  Par François-Jean AUTHIER

    [ Article non disponible en ligne]

  • Indicible et incompréhensible dans le récit de déportation.  Par Karla GRIERSON

    [ Article non disponible en ligne]

  • Langage et identité : les non-coïncidences du dire dans la littérature du xxe siècle. Les cas de Robert Antelme et de Claude Simon.  Par Stéphane BIKIALO

    [ Article non disponible en ligne]

III

  • « La moitié de son corps mis à nu ».  Par Daniel Dobbels

    [ Article non disponible en ligne]

  • Entre fiction et expérience : le lecteur de L’Espèce humaine.  Par Michèle ROSELLINI

    [ Article non disponible en ligne]

  • « L’expérimental et l’exemplaire » : étude d’une séquence de L’Espèce humaine.  Par Bénédicte LOUVAT-MOLOZAY

    [ Article non disponible en ligne]

  • La mémoire de l’oubli.  Par Catherine DOROSZCZUK

    [ Article non disponible en ligne]

  • À propos de Robert Antelme.  Par Monique ANTELME et Daniel Dobbels

    [ Article non disponible en ligne]

IV

  • La peinture à Dora.  Par François LE LIONNAIS

    [ Article non disponible en ligne]

  • « L’évidence que je n’ai pu surmonter le fait que j’aie surmonté ».  Par Dominique MONCOND'HUY

    [ Article non disponible en ligne]

  • L’imagination au secours de l’inimaginable : Robert Antelme et Jean Cayrol.  Par Marylène DUTEIL

    [ Article non disponible en ligne]

  • Paul Celan traducteur des camps (sur cinq vers du poème « Engführung »).  Par Jean-Pierre LEFEBVRE

    [ Article non disponible en ligne]

  • Strette (« Engführung »).  Par Paul CELAN

    [ Article non disponible en ligne]

POST-SCRIPTUM

  • Qu’est-ce qu’une littérature « lazaréenne » ? Jean Cayrol au présent.  Par Catherine COQUIO

    [ Article non disponible en ligne]

  • Une note, noire.  Par Daniel Dobbels

    [ Article non disponible en ligne]

  • Nous ne serons pas les derniers.  Par Dominique MONCOND'HUY

    [ Article non disponible en ligne]

Illustration Les Camps et la littérature - Une littérature du XXe siècle

Nombre de pages : 336

Format : 15,5x21 cm

ISBN : 2-7535-0360-0

Prix TTC : 20 euros

Date de parution :

5 décembre 2006

Pour commander

Vanessa Merle
La Licorne
Tél. 05 49 45 32 10
[Ecrire]
Presses universitaires de Rennes
Tél. 02 99 14 14 01
[Site web]

Les Presses Universitaires de Rennes
 
 
Revue La Licorne - ISSN 0398-9992
Faculté des Lettres et des Langues - Maison des Sciences de l'Homme et de La Société
Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 21103 - 86073 POITIERS - Cedex 9 – France
Tél : 05 49 45 32 10
http://edel.univ-poitiers.fr/licorne - lalicorne@mshs.univ-poitiers.fr
Page générée par Lodel

Administration du site (accès réservé)  - Crédits & Mentions légales  - Statistiques de fréquentation