Numéro 36

Crises de la représentation dans le cinéma américain

Publié en ligne le 20 octobre 2005

Etudes réunies et présentées par

Gilles MENEGALDO

La question « comment représenter aujourd'hui ? » peut servir de point de départ à une réflexion sur l'évolution du statut de l'image cinématographique. Dans le cinéma américain en particulier s'expriment différentes formes de crises : idéologiques, économiques, sociales, psychologiques, esthétiques. Ainsi, D. W. Griffiths explore, au-delà de la représentation de la guerre de Sécession, les ten-sions et les contradictions de la société américaine pendant la période de la reconstruction. Le film de guerre, devenu genre spécifique, illustre certains renversements de perspective. L'évolution de la relation homme/femme s'exprime dans le motif du "odd couple" dans le cinéma des années soixante, soixante-dix. L'essentiel des contributions concerne des aspects plus formels du sujet, et tente de définir et d'illustrer différentes modalités de la crise de la représentation. L'ambivalence de la notion de crise est soulignée dans la mesure où elle se définit aussi comme oxy-more, conjonction des contraires : dépression, affaissement et/ou paroxysme, violence. Certains réalisateurs adoptent une esthétique visant à exprimer une crise des valeurs par des stratégies telles que la répétition, la symétrie, l'inversion (Charles Laughton) mais aussi le mélange des genres et des styles (Ernst Lubitsch). Plusieurs interventions ont mis en cause l'idée que le classicisme hollywoodien serait caractérisé par l'homogénéité d'un système stable dont la forme (les différents genres codifiés) serait l'émanation. La crise apparaît ainsi comme une norme plutôt qu'une exception. Elle peut aussi se définir en termes de fragmentation, de discontinuité, d'éclatement. Ainsi, chez Kubrick, Lynch et d'autres, le chaos thématique, la surabondance de signes, les impasses du sens, conduisent le spectateur à modifier ses attentes. La narration et l'énonciation filmiques sont au service d'une appréhension transgressive de l'espace-temps. La crise formelle s'exprime volontiers par une mise en relation de différents modes de représentation (Cassavetes, Stone), ce qui permet la mise en place d'un jeu subtil sur le rapport entre savoir du spectateur et incertitude ou illusion. Des liens plus troublants existent entre la notion de crise et une certaine approche du statut de l'image, celle qui caractérise le genre "fantastique" mais ne se réduit pas aux codes du genre. Ce type de cinéma qui met en scène un "irréel" mobilise, plus qu'un autre peut-être, les affects du spectateur et représente aussi un lieu privilégié d'expérimentation (Jacques Tourneur, David Cronenberg). La crise formelle s'exprime de manière encore plus radicale chez Andy Warhol qui opère un retour à l'objet, établit des liens avec d'autres formes d'art et se fonde sur des processus descriptifs plus que narratifs qui jouent sur la provocation. En définitive, au-delà des illustrations thématiques de la notion de crise, l'enjeu concerne l'évolution des formes, la tension qui résulte d'approches esthétiques différenciées. La crise au cinéma semble profondément liée à la volonté d'innovation et de transgression des codes de narration classique. Elle vise aussi à modifier le rapport au spectateur qui ne peut plus se limiter à un rôle passif et est constamment sollicité au plan affectif mais aussi intellectuel (Woody Allen). Ont collaboré à ce numéro de nombreux spécialistes français et étrangers de réputation internationale. Certains des textes sont issus d'un atelier cinéma consacré à la crise qui s'est tenu dans le cadre du congrès AFEA de La Rochelle (mai 1994).

Les suppléments

A télécharger ou à consulter en ligne :

  • Revue de presse [ fichier pdf - 4,5M ]

    Positifs, Notes de lecture, n° 433, mars 1997.

  • Introduction.  Par Gilles MENEGALDO

    [ Article non disponible en ligne]

  • Comment représenter aujourd'hui ?.  Par Reynold HUMPHRIES

    [ Article non disponible en ligne]

  • " To see with our ears and to hear with our eyes ".  Par Slavoj ZIZEK

    [ Article non disponible en ligne]

  • La mise en crise du montage narratif continu.  Par Gérard LEBLANC

    [ Article non disponible en ligne]

  • " Crises in history and the response to them as illustrated in The Birth of a Nation and Gone With the Wind ".  Par Melvyn STOKES

    [ Article non disponible en ligne]

  • A propos du Vietnam : crise de la représentation dans le film de guerre américain.  Par André MURAIRE

    [ Article non disponible en ligne]

  • " The odd couple : the dual male protagonist configuration in American films of the sixties-seventies ".  Par Penny Starfield

    [ Article non disponible en ligne]

  • Attitudes schizophrènes (Heartbreak Ridge de Clint Eastwood).  Par Andréa GRUNERT

    [ Article non disponible en ligne]

  • Ernst Lubitsch et la crise du sérieux.  Par Dominique SIPIÈRE

    [ Article non disponible en ligne]

  • Une ombre du temps.  Par Jean-Louis LEUTRAT

    [ Article non disponible en ligne]

  • La parabole de La Nuit du chasseur.  Par Suzanne Liandrat-Guigues

    [ Article non disponible en ligne]

  • " Spectacle and the Postmodern in Contemporary American Cinema ".  Par Jonathan BIGNELL

    [ Article non disponible en ligne]

  • Au dessus du labyrinthe : à propos d'un extrait de The Shining (1980), de Stanley Kubrick.  Par Gaïd GIRARD

    [ Article non disponible en ligne]

  • La métamorphose dans le cinéma moderne : de l'animisme à la chute du corps (The Fly, D. Cronenberg, 1986).  Par Vicente SANCHEZ BIOSCA

    [ Article non disponible en ligne]

  • Le miroir aux rouges-gorges : d'incertains happy ends dans quelques films américains.  Par Serge CHAUVIN

    [ Article non disponible en ligne]

  • Discours de tueurs : fragmentation et perturbation dans Natural Born Killers d'Oliver Stone. Précédé d'une remarque à propos de Quentin Tarantino.  Par Denis Mellier

    [ Article non disponible en ligne]

  • La place du spectateur et la subversion de la représentation dans Stardust Memories de Woody Allen.  Par Gilles MENEGALDO

    [ Article non disponible en ligne]

  • La crise en coulisse : remarques à propos de Opening Night de John Cassavetes (1978).  Par Raphaëlle COSTA DE BEAUREGARD

    [ Article non disponible en ligne]

  • Le cinéma d'Andy Warhol, une remise en question conceptuelle de la représentation.  Par Brigitte GAUTHIER

    [ Article non disponible en ligne]

  • Crise et espace télévisuel ou donnez-nous aujourd'hui notre pain quotidien.  Par Hélène PUISEUX

    [ Article non disponible en ligne]

Illustration Crises de la représentation dans le cinéma américain

Nombre de pages : 300

Format : 15,5x22,5 cm

ISBN : 0398-9992

ISSN : 2-911044-05-3

Prix TTC : 15,5 euros

Date de parution :

1 janvier 1996

Pour commander

Vanessa Merle
La Licorne
Tél. 05 49 45 32 10
[Ecrire]
Presses universitaires de Rennes
Tél. 02 99 14 14 01
[Site web]

Les Presses Universitaires de Rennes
 
 
Revue La Licorne - ISSN 0398-9992
Faculté des Lettres et des Langues - Maison des Sciences de l'Homme et de La Société
Bâtiment A5 – 5, rue Théodore Lefebvre, TSA 21103 - 86073 POITIERS - Cedex 9 – France
Tél : 05 49 45 32 10
http://edel.univ-poitiers.fr/licorne - lalicorne@mshs.univ-poitiers.fr
Page générée par Lodel

Administration du site (accès réservé)  - Crédits & Mentions légales  - Statistiques de fréquentation